Contenu

Agreste Essentiel regroupe les anciennes fiches filière et les Zoom sur à partir de 2020

Bilan de la campagne laitière 2019-2020
En Bretagne, tout comme en France, après une légère hausse des prix et une faible baisse des volumes lors de la campagne précédente, le bilan laitier 2019-2020 est favorable, en volumes, comme en prix.
 
Bilan fourrager 2019 - Rendements : baisse en maïs, hausse en prairies
Avec un printemps frais, un été au 3e rang des plus chauds, un automne doux et des précipitations annuelles insuffisantes, l’année 2019 est peu favorable à la pousse d’herbe. Au printemps, la production des prairies démarre dans la norme, malgré les précipitations.
 
Filière Forêt-bois - Édition 2020
La forêt bretonne occupe 15 % du territoire. C’est une région peu forestière au regard du taux de boisement moyen observé au niveau national (30 %). En 2018, la récolte de bois en Bretagne s’élève à 1 017 000 m3 de bois rond, dont 21 % en volume certifié. La récolte régionale représente près de 3 % de la récolte nationale. Selon l’IGN, de 2014 à 2018, le volume de bois vivant en forêt de production est estimé à 75 millions de m3 pour la région. Les essences feuillues représentent 78 % de ce volume.
 
Fiche filière Céréales - Édition 2019
Première région d’élevage, la Bretagne se place au 8e rang des 13 régions françaises pour sa production céréalière. En 2018, la sole de céréales atteint 561 000 ha, soit un tiers de la surface agricole utilisée. Le blé tendre occupe plus de la moitié des surfaces de ces cultures et le maïs, 22 %.
 
Fiches filière Édition 2019
L’édition 2019 des fiches filière est disponible. Retrouvez en deux pages de commentaires, de chiffres, de graphiques et de cartes huit filières agricoles en Bretagne : porcins, lait, bovins-viande, volailles de chair, volailles de ponte, légumes, céréales (2018) et forêt-bois.
 
Fiche filière Légumes - Édition 2019
En 2018, la Bretagne est la 3e région française légumière pour sa surface légumière de 36 600 hectares. Près de 4 800 ha sont certifiés bio. L’activité légumière régionale occupe 8 300 Unités de Travail Annuel (UTA) d’après les estimations de l’enquête sur les structures d’exploitation 2016. Les trois quarts sont salariés. En 2018, choux-fleurs, artichauts, haricots verts, petits pois restent les légumes les plus cultivés. À ceux-ci s’ajoutent les tomates sous serres, l’oignon rosé de Roscoff (Finistère) et le haricot coco de Paimpol (Côtes-d’Armor) qui bénéficient d’une AOP, la carotte, la salade, l’échalote et le poireau.
 
Fiche filière Porcs - Édition 2019
La Bretagne occupe le 1er rang des treize régions françaises pour la production porcine avec 5 400 exploitations porcines en 2017 et un cheptel estimé à 7,7 millions de têtes en 2018. Le volume de porcs charcutiers abattus en 2018 progresse de 0,8 %, mais le prix de base à Plérin chute de 13 %. Parallèlement, le coût de l’aliment repart à la hausse, en particulier au second semestre, consécutivement à la sécheresse estivale et à la hausse des cours céréaliers. Après l’amélioration de 2016 qui a suivi les niveaux bas de 2014 et 2015, le revenu moyen des exploitations porcines reste à un bon niveau en 2017.
 
Fiche filière Lait - Édition 2019
En 2018, la collecte mondiale de lait progresse avant de se stabiliser, en lien avec le repli des collectes européenne et australienne. Les stocks européens d’intervention de poudre de lait s’écoulent progressivement au cours de l’année, contribuant à un rééquilibrage du marché des produits laitiers industriels. Par ailleurs le prix du beurre redescend au 2nd semestre. Le marché, plus équilibré, favorise une remontée du prix du lait au producteur. En France, comme dans d’autres pays européens, la collecte ralentit au 2nd semestre, en raison d’un déficit de fourrages engendré par un printemps pluvieux et un été caniculaire.
 
Fiche filière Bovins viande - Édition 2019
En 2018, la production bretonne de bovins finis représente 11 % de la production nationale. Plus du tiers du poids produit est issu de vaches laitières. En Bretagne, moins d’un quart des exploitations ayant une production de bovins viande significative (veaux de boucherie ou gros bovins) est spécialisée en bovins viande, contre plus d’un tiers en bovins lait (cf. tableau sur les exploitations bovines en bas de page). Pour la production de veaux de boucherie, la Bretagne occupe le 1er rang des treize régions françaises avec 20 % du tonnage national. L’Ille-et-Vilaine et les Côtes-d’Armor regroupent trois quarts des effectifs produits.
 
Fiche filière Volailles de ponte - Édition 2019
La Bretagne est la 1re région française en capacités d’élevage de poules (œufs de consommation ou à couver). En 2018, les effectifs de volailles de ponte représentent 40 % du cheptel national*. Le nombre d’élevages de pondeuses, 1 420 en 2010**, a peu augmenté en 10 ans, mais un tiers d’entre eux associe la chair et la ponte, contre un sur dix en 2000. Avec plus de 5,9 milliards en 2018, la production bretonne d’œufs de consommation chute de 3,5 % par rapport 2017.
 
Fiche filière Volailles de chair - Édition 2019
En 2010, la Bretagne occupait le 1er rang des régions françaises pour la production de volailles de chair et le 2e rang en surface de bâtiments, avec 2 900 exploitations spécialisées*. Elle fournit près de 40 % de la production nationale de volailles de chair. En 2018, les poulets représentent 85 % du cheptel et les dindes 5 %. Le volume des poulets abattus progresse de 4 % par rapport 2017, tandis que celui des dindes recule de 2 %. En 2017, l’Excédent Brut d’Exploitation des éleveurs chute de 15 % par rapport à 2016, rejoignant ainsi le niveau de l’EBE de la métropole. La part de l’alimentation dans les charges (27 %) perd 11 points en un an.