Contenu

Année 2016

Comptes provisoires 2015 de l’agriculture en Bretagne - La baisse des charges ne compense pas la dégradation de la valeur de la production
L’année 2015 est marquée par la crise de l’élevage en France pour les secteurs du lait, du porc et des bovins. Dans le même temps, les charges des exploitations agricoles diminuent grâce à la baisse de la facture énergétique et au repli du prix d’achat des aliments pour animaux. La valeur ajoutée de la branche agricole s’accroît alors au niveau national, mais fléchit en Bretagne, région d’élevage particulièrement affectée par la crise.
 
Résultats 2014 du Réseau d’information comptable agricole (Rica) - Les deux tiers des exploitations agricoles bretonnes touchées par la baisse de revenu
En 2014, la conjoncture difficile, conséquente notamment à l’embargo russe et à un hiver trop doux, provoque un recul sur les prix à la production affectant le résultat économique d’un grand nombre des exploitations de la région. Deux exploitations agricoles bretonnes sur dix affichent ainsi un résultat courant avant impôts négatif. Les exploitations porcines sont particulièrement touchées. Seules les exploitations en volaille de chair dégagent des résultats en progression sur l’année.
 
Résultats du recensement agricole 2010 - L’apiculture en Bretagne
En Bretagne, comme en France, le nombre d’exploitations apicoles décline fortement, mais le nombre moyen de ruches par exploitation ne cesse d’augmenter révélant une professionnalisation de l’activité. La région ne produit que 3 % du miel français. La grande majorité des exploitations bretonnes propriétaires de ruches sont de petite taille. 8 % des exploitations possèdent plus de 200 ruches et produisent les deux tiers du miel breton. La moitié des apiculteurs bretons choisissent la vente en circuit court.
 
Bilan agricole 2015 en Bretagne - Un climat de crise
L’année 2015 est marquée par des tensions dans la plupart des secteurs de l’élevage en France. La Bretagne est particulièrement touchée. Dans un contexte de production en hausse à tous les niveaux géographiques, le prix du porc chute. De même, le prix du lait fléchit face à une production européenne libérée des quotas. Les prix des bovins baissent pour la deuxième année consécutive. La conjoncture avicole est plus favorable, sauf en dindes. Point positif, le coût de l’aliment est inférieur à celui des années passées, mais il tend de nouveau à augmenter. Concernant les légumes, le prix du chou-fleur s’effondre en fin d’année.
 
La filière viande en 2013 - La Bretagne : première région française pour la production et la transformation de viande
En Bretagne, la filière viande génère 55 000 emplois. Elle est fortement présente à tous les échelons. Première des treize régions françaises pour la production, la Bretagne fournit plus du tiers des animaux finis du pays. Elle assure également 40 % de la production d’aliments pour animaux de ferme. Elle se situe aussi au premier rang en termes d’emploi dans l’abattage-transformation avec 27 000 salariés. Enfin, les activités de commerce de gros liées à la filière sont également bien implantées sur le territoire avec 400 établissements.
 
Les industries agroalimentaires bretonnes en 2013 - Un marché tourné essentiellement vers la demande française
Avec 58 200 salariés, l’agroalimentaire breton reste en tête des treize régions françaises en termes d’emploi. L’industrie agroalimentaire bretonne constitue un pilier économique en volume d’emplois, mais aussi en répartition géographique équitable sur tout le territoire régional.