Contenu

Année 2018

Comptes provisoires 2017 de l’agriculture en Bretagne - Une amélioration de la valeur de la production combinée à une baisse des charges
En 2017, la valeur de la production de la branche agricole se redresse en Bretagne, en particulier grâce à la hausse des prix des produits animaux. Après deux années de crise, la conjoncture s’améliore en moyenne pour les laitiers. La valeur de la production porcine progresse, comme en 2016.
 
Bilan agricole 2017 - Des prix mieux orientés en productions animales qu’en légumes et céréales
En 2017, les grandes cultures bénéficient d’excellents rendements, faisant régresser les cours des céréales. Cela profite aux filières animales, dont le coût des aliments reste bas. Au premier semestre 2017, la conjoncture porcine favorable de 2016 se poursuit, puis les prix chutent jusqu’en décembre, suite au repli des exportations. Le secteur volaille de chair souffre de la détérioration des échanges de poulets, tandis que la filière poules pondeuses profite de la forte demande européenne. Sur le marché des gros bovins, les cotations se redressent, dans un contexte de recul des abattages. S’agissant du lait, la conjoncture s’améliore sensiblement avec une remontée progressive des prix et de la collecte. En ce qui concerne les légumes, les prix sont généralement orientés à la baisse.
 
L’industrie agroalimentaire bretonne en 2015 - Une année morose pour l’industrie laitière
La Bretagne est la première région agroalimentaire française. La valeur ajoutée dégagée par les entreprises régionales la place en première position pour les industries des viandes, des poissons, des fruits et légumes, la transformation laitière et l’alimentation animale. Les 58 000 salariés du secteur représentent 40 % de l’emploi manufacturier. Avec 25 000 emplois, les industries des viandes dominent largement. En 2015, année de la fin des quotas laitiers, la très grande majorité des entreprises laitières sont affectées par la stagnation des volumes et la baisse des prix.