Contenu

Légumes et fruits

Bilan de campagne RNM - La tomate en 2018
Une pression de l’offre constante Avec 66 jours de crise conjoncturelle répartis sur toute sa durée, la campagne 2018 est exceptionnellement difficile pour la production française de tomates.
 
La production de légumes
Production le concept de production utilisé est celui de la production récolté stade "départ ferme", c’est-à-dire la production commercialisable. Les superficies détruites et non remplacées sont comptabilisées en surface avec un rendement nul. En revanche la production récoltée intègre les retraiits. Elle s’entend hors jardins familiaux. Elle n’est pas destinée à l’auto consommation.
 
Résultats de l’enquête de sur les légumes en 2005
La dernière enquête sur les structures de la production légumière remontant à 1996, sa réédition en 2005 apporte un éclairage sur l’évolution des structures de la production légumière tant dans ses dimensions techniques, qu’économiques sur les points suivants :
- les structures de production, notamment la part et le type des abris,
- les questions environnementales communes aux enquêtes du SCEES,
- l’évolution de la population légumière et de la main d’oeuvre depuis le recensement de 2000,
- les circuits de commercialisation de la 1ère mise en marché au départ de l’exploitation.
 
Les légumes
Prix et quantités moyens des choux-fleurs, tomates et artichauts
 
Fiche filière Légumes - Édition 2018
En 2016, la Bretagne devient la troisième région française légumière des treize nouvelles régions métropolitaines. La production de légumes emploie plus de 7000 UTA d’après l’enquête structure des exploitations 2013, dont 70 % sont des salariés. Les exploitations bretonnes ont produit des légumes au cours de la campagne 2015-2016 sur une superficie de 39 000 ha. Plus de 3 500 ha ont certifiés bio. Les choux-fleurs, artichauts, haricots verts, petits pois, restent les légumes les plus cultivés. À ceux-ci s’ajoutent la tomate sous serre, le haricot coco de Paimpol et l’oignon rosé de Roscoff qui bénéficient d’une AOP, la carotte, la salade, l’échalote et le poireau. En 2016, les choux-fleurs et les artichauts ont été bien valorisés, mais la tomate a connu une crise au printemps avec un cours en chute.
 
Bilan de campagne du poireau 2017-2018
Des conditions climatiques peu favorables à la consommation et un commerce laborieux Après une campagne primeur impactée par une forte concurrence avec les légumes d’été, la douceur ambiante automnale ne favorise guère la consommation du poireau. La campagne est poussive avec une offre abondante et une demande globalement peu stimulée par la météo. Le commerce se maintient assez difficilement et la concurrence belge, bien présente, tire profit de cette situation avec des cours au plus bas. Lire le (...)
 
Bilan de campagne - L’endive en 2016-2017
Production en baisse et cours bien orientés Avec une offre en retrait de l’ordre de 7 % par rapport à 2015-2016, les volumes d’endives mis sur le marché trouvent, durant l’essentiel de cette campagne, facilement preneurs. Ce bon environnement commercial soutient les cours de l’endive à des niveaux toujours supérieurs à la moyenne quinquennale des cotations. Cependant, quelques épisodes sont plus compliqués, notamment lors des vacances scolaires. Enfin, les mois de mai et juin s’avèrent également (...)
 
Bilan de campagne - L’artichaut en 2017
Une campagne contrastée Avec une production très importante dès le début de la campagne et un produit qui peine à s’imposer dans les comportements alimentaires nationaux, la saison de l’artichaut démarre difficilement. Il faut attendre le milieu de l’été et une offre restreinte en quantité pour redonner de l’attrait et valoriser le charnu breton. Une météorologie pluvieuse, associée à une absence de consommation, précipite la fin de campagne. Lire le bilan de la campagne de l’artichaut en 2017 sur le site (...)
 
Bilan de campagne du chou-fleur 2016-2017
Une campagne contrastée Malgré une première moitié de campagne avec une productivité faible, les quantités récoltées sur la saison 2016-2017 sont supérieures à celles de la précédente. Conséquence du déficit hydrique et des températures particulièrement fraîches sur la première partie de la campagne de production, les volumes de chou-fleur sont exceptionnellement restreints et maintiennent les ventes à un niveau de prix élevé. Il faut attendre le mois de février et l’arrivée de conditions climatiques plus (...)
 
Bilan de campagne de l’échalote 2016-2017
Une saison correcte pour la production comme pour le négoce En raison des conditions météorologiques défavorables lors des plantations, le début de la récolte est tardif, ce qui permet une transition en douceur avec la précédente. La météo estivale favorise le mûrissement, un bon séchage au champ et donc une excellente qualité du produit. Dynamisé notamment par les périodes de froids hivernaux, le marché est porteur tout au long de la campagne avec des cours à l’expédition supérieurs à ceux des années (...)
 
Tableaux de l’agriculture bretonne 2016 - Productions végétales
Thèmes abordés : céréales, collecte de céréales, cultures légumières, pommes de terre, oléagineux & protéagineux, cultures fourragères
 
Pratiques culturales sur les légumes en 2013
Pratiques culturales sur les légumes en 2013 Résultats France et régions Agreste
 
Pratiques culturales en arboriculture en 2012
Pratiques culturales en arboriculture en 2012 Résultats France et régions Agreste
 
Les cahiers régionaux - N°1 - La filière légumes en Bretagne - Juillet 2014
La Bretagne occupe la première place des régions françaises en surface dédiée aux légumes. Cet ouvrage décrit l’organisation de cette filière, de la production à la transformation.
 
Evolution des cultures entre 1988 et 2000 : approche cantonale
Extraites d’un Agreste Bretagne de décembre 2001, ces 6 cartes présentent l’évolution des prairies, maïs et légumes par canton entre 1988 et 2000.