Contenu

Les publications du RNM

L’artichaut en 2016 - Bilan de campagne du RNM
Une conjoncture défavorable à la consommation - Pénalisé par une entame de saison particulièrement pluvieuse, l’artichaut peine à s’imposer dans les opportunités alimentaires nationales. Une météorologie estivale, particulièrement généreuse en température et ensoleillement, détourne ensuite les consommateurs des globuleux. Il faut attendre la deuxième partie de saison pour dynamiser les cours, soutenus par le marché italien et de nombreuses opérations promotionnelles. Après un retour en grâce de faible (...)
 
La tomate en 2016 - Bilan de campagne du RNM
Production précoce mais demande tardive - Les cultures hors-sols longues (mars à novembre) de l’ensemble des bassins dégagent un bilan mitigé, marqué par un printemps froid et par conséquent peu de consommation. Les productions estivales tirent mieux leur épingle du jeu avec un bon équilibre entre l’offre et la demande. La campagne 2016 oscille entre correcte et décevante, selon les spécialisations des producteurs. Lire le bilan de la campagne de tomates en 2016 sur le site du (...)
 
Le chou-fleur en 2015-2016 - Bilan de campagne du RNM
Une campagne spasmodique - Acte terroriste majeur et conjoncture climatique binaire modèlent fortement la campagne 2015-2016. A compter du mois de novembre, une douceur exceptionnelle recouvre l’ensemble de l’Europe et rovoque une surabondance de chou-fleur au sein de l’espace communautaire. Les attentats perpétrés le 13 novembre 2015 à Paris ralentissent la consommation et amplifient les conséquences de la surproduction. Le mois de février et l’arrivée tardive de températures de saison génèrent une pénurie et provoquent une envolée historique des cours, permettant à de nombreux producteurs de sauver la saison
 
L’échalote en 2015-2016 - Bilan de campagne du RNM
Un millésime chahuté... Concurrencée par la production du cycle précédent d’excellente qualité, l’échalote traditionnelle 2015-2016 a du mal à trouver sa place ; une conjoncture favorable à compter du mois d’août permet de dynamiser le marché. Mais les actes de terrorisme parisiens du mois de novembre et une météorologie anormalement douce pour la saison ralentissent la consommation. Il faut attendre les fêtes de fin d’année, puis les demandes des négociants et conditionneurs nationaux et étrangers, pour redonner de l’allant à la commercialisation. La plantation de la prochaine campagne est retardée par des conditions climatiques exceptionnelles.
 
L’endive en 2015-2016 - Bilan de campagne du RNM
Une campagne délicate à gérer pour la filière. 2015-2016 n’est pas une campagne facile à gérer pour les endiviers. Aux prises avec une faible production en début de campagne, ils subissent ensuite une demande fluctuante liée à des facteurs extérieurs (conjoncture sociale, état d’urgence, météorologie exceptionnelle) alors que les volumes mis sur le marché ne sont pas extraordinairement élevés.
 
Le marché du poireau en 2015-2016 - Bilan de campagne du RNM
Une saison globalement favorable à la filière. Après deux campagnes difficiles qui ont provoqué une régression des surfaces, la première moitié de la saison connaît un marché fluide avec des cours rémunérateurs. Puis de mi-janvier à mi-mars, la situation commerciale se dégrade en raison d’un déséquilibre entre une offre plus fournie et une demande plus mesurée (freinée par la douceur des températures). Ensuite, avec l’arrêt de production précoce de quelques bassins, le marché redevient porteur toute la fin de la campagne.
 
Bilans de campagne du Réseau National des Marchés (RNM)
Accédez aux bilans de campagne du Réseau National des Marchés