Contenu

Volailles

Tableaux de l’agriculture bretonne 2016 - Productions animales
Thèmes abordés : bovins, lait, viande bovine, porcins, volailles, œufs, lapins, caprins, ovins et équidés.
 
Résultats du recensement agricole 2010 - Aviculture : une volaille française sur trois est bretonne
Depuis 2000, la filière avicole a été secouée par des crises successives entraînant la fermeture de nombreux élevages. En 2010, il reste 4 000 exploitations avicoles bretonnes fortement orientées vers les productions de volailles de chair ou d’œufs de consommation. La spécialisation des élevages et la concentration des activités avicoles se sont renforcées entre 2000 et 2010 : les très grandes exploitations détiennent désormais 90 % des capacités pour la ponte et 90 % des m² pour la chair. L’emploi généré par les exploitations avicoles atteint 8 000 unités de travail annuel (UTA) en Bretagne.
 
Fiche filière Volailles de ponte - Édition 2017
La Bretagne est la 1re région française en capacités d’élevage de poules (œufs de consommation ou à couver). En 2016, les effectifs de volailles de ponte représentent 45 % du cheptel national*. Le nombre d’élevages de pondeuses, 1 420 en 2010**, a peu augmenté en 10 ans, mais un tiers d’entre eux associe la chair et la ponte, contre un sur dix en 2000. Avec plus de 5,9 milliards en 2016, la production bretonne d’œufs de consommation recule de 2,4 % par rapport à 2015. La part de l’aliment dans les charges est prépondérante (61 %), mais son prix baisse (– 4 % entre 2014 et 2015), baisse qui se prolonge en 2016 ( 5 %).
 
Fiche filière Volailles de chair - Édition 2017
La Bretagne occupe toujours le 1er rang des régions françaises pour la production de volailles de chair et le 2e rang en surface de bâtiments, avec 2 900 exploitations spécialisées. Elle fournit le tiers de la production nationale de volailles de chair. En 2016, les poulets représentent 79 % du cheptel de volailles de chair breton, les dindes 15 %. En 2016, le volume de poulets abattus recule de 4 % par rapport à 2015, tandis que celui des dindes progresse de 3 %. En 2015, l’excédent brut d’exploitation des éleveurs poursuit son redressement (+ 11 % par rapport à 2014). La part de l’aliment dans les charges reste élevée (35 %), mais son prix baisse (– 4 % entre 2014 et 2015), baisse qui se prolonge en 2016 (– 4 %).
 
La volaille de chair et les lapins
Séries longues des abattages de volailles depuis 2008
 
Agreste - Chiffres et données - Statistiques sur l’aviculture en 2015

Chiffres et Données - Série agriculture n°236 - Janvier 2017

Retrouvez sur le site Agreste des données régionalisées sur l’aviculture en 2015 par thème :
- Les abattages contrôlés
- Signes de qualité
- La découpe
- Les bilans production-consommation