Contenu

Actualités de 2018

Des conditions climatiques peu favorables à la consommation et un commerce laborieux Après une campagne primeur impactée par une forte concurrence avec les légumes d’été, la douceur ambiante automnale ne favorise guère la consommation du poireau. La campagne est poussive avec une offre abondante et une demande globalement peu stimulée par la météo. Le commerce se maintient assez difficilement et la concurrence belge, bien présente, tire profit de cette situation avec des cours au plus bas. Lire le (...)
 
L’enquête Teruti a pour objectif de mesurer l’évolution de l’occupation et de l’utilisation du territoire. Elle est conduite chaque année par le Service de la Statistique et de la Prospective (SSP) du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Elle permet notamment de suivre l’artificialisation du territoire et la consommation de l’espace agricole. Elle se déroulera en juillet et août 2018.
 
Réalisée tous les ans, cette enquête permet d’estimer les rendements des principales cultures en terres labourables et sert à l’estimation précoce de l’évolution des surfaces cultivées. En Bretagne, la deuxième vague de l’enquête concerne plus de 900 exploitations qui seront contactées au cours des mois d’août et septembre 2018 par des enquêteurs.
 
Chiffres et Données - Série agriculture n°250 - Juillet 2018 Retrouvez sur le site Agreste des données nationales et régionales issues de l’enquête sur les pratiques d’élevage 2015. L’objectif de cette nouvelle enquête est d’apporter des informations actualisées sur les bâtiments d’élevage, mais aussi de nouvelles informations sur les pratiques des éleveurs dans le domaine de l’alimentation et des soins apportés aux animaux.
 
Retrouvez les résultats nationaux et régionaux de la récolte de bois d’œuvre, de bois d’industrie et de bois énergie, production de sciages et produits connexes, nombre d’entreprises par département et région, production commercialisée, facturations des entreprises selon le produit.
 
Retrouvez les résultats nationaux et régionaux sur les productions de l’industrie laitière, livraisons de lait, production vendue, collecte de lait biologique et fabrications, production de fromages...
 
En Bretagne, comme en France, après une baisse des livraisons et des prix lors de la campagne laitière 2016-2017, le bilan laitier 2017-2018 est positif en volumes et surtout en prix. Les volumes de lait livrés au cours de la campagne atteignent 5 440 millions de litres et gagnent 2,5 % sur ceux de la campagne précédente. Ce niveau dépasse également la moyenne des cinq dernières campagnes (+ 3,8 %).
 
La dernière conjoncture du mois de Juin 2018 est parue. Météo : chaud, arrosé et ensoleillé - Lait : reprise de la collecte - Viande bovine : baisse des abattages de jeunes bovins - Porc : le cours progresse peu - Volailles et œufs : le prix des œufs se redresse
 
Selon les premières estimations de 2017, la production fourragère bretonne globale, herbe et maïs, dépasserait de 22 % celle particulièrement faible de 2016, et serait inférieure de 2 % à la moyenne quinquennale. Retrouvez sur ce 2 pages les productions fourragères en Bretagne (chiffres et cartes) confrontées aux besoins des herbivores en 2017.
 
Prescrite par le règlement européen, cette enquête permet de dénombrer le cheptel porcin au 1er mai et au 1er novembre de chaque année pour établir des prévisions de production de viande porcine. 1 275 éleveurs porcins seront enquêtés au cours de cette deuxième phase.
 
En 2017, les grandes cultures bénéficient d’excellents rendements, faisant régresser les cours des céréales. Cela profite aux filières animales, dont le coût des aliments reste bas. Au premier semestre 2017, la conjoncture porcine favorable de 2016 se poursuit, puis les prix chutent jusqu’en décembre, suite au repli des exportations. Le secteur volaille de chair souffre de la détérioration des échanges de poulets, tandis que la filière poules pondeuses profite de la forte demande européenne. Sur le marché des gros bovins, les cotations se redressent, dans un contexte de recul des abattages. S’agissant du lait, la conjoncture s’améliore sensiblement avec une remontée progressive des prix et de la collecte. En ce qui concerne les légumes, les prix sont généralement orientés à la baisse.
 
La Bretagne est la première région agroalimentaire française. La valeur ajoutée dégagée par les entreprises régionales la place en première position pour les industries des viandes, des poissons, des fruits et légumes, la transformation laitière et l’alimentation animale. Les 58 000 salariés du secteur représentent 40 % de l’emploi manufacturier. Avec 25 000 emplois, les industries des viandes dominent largement. En 2015, année de la fin des quotas laitiers, la très grande majorité des entreprises laitières sont affectées par la stagnation des volumes et la baisse des prix.
 
Découvrez la publication sur l’emploi salarié agricole en Bretagne, fruit d’un partenariat Insee-Draaf. Alors que le nombre total d’emplois dans l’agriculture poursuit sa baisse, le recours à la main-d’œuvre salariée progresse en Bretagne. Le nombre de salariés de l’agriculture augmente ainsi chaque année en moyenne de 1,8 % entre 2010 et 2015. En 2016, ils représentent près du tiers de l’emploi agricole total
 
Retrouvez les entreprises agroalimentaires en 2015 dans la collection Chiffres et Données d’Agreste. La publication et les nombreuses données complémentaires sont déclinées au niveau régional. Dans la rubrique Tableaux complémentaires, des fiches régionales présentent les chiffres clés du secteur.
 
Première région d’élevage, la Bretagne se place au 8e rang des 13 régions françaises pour sa production céréalière. En 2016, la sole de céréales atteint 588 000 ha, soit plus du tiers de la surface agricole utilisée. Le blé tendre occupe plus de la moitié des surfaces cultivées et le maïs, environ 20 %. Les autres surfaces se partagent entre l’orge, le triticale, l’avoine, le seigle et les mélanges.
 
La Bretagne est la première région française productrice de lait. De l’amont à l’aval, découvrez la filière laitière bretonne sous tous ses aspects : l’évolution et la classification des exploitations, de la collecte à la fabrication de produits laitiers, la restructuration de l’industrie laitière, une conjoncture difficile, la filière lait bio en expansion...