Contenu

Actualités de 2019

La Draaf a participé à une étude de l’Insee sur les lycéens en Bretagne. Retrouvez le chapitre consacré à l’enseignement agricole. L’enseignement agricole en Bretagne : des formations diversifiées pour des élèves aux profils variés
 
La dernière conjoncture du mois d’octobre 2019 est parue. Météo : Précipitations très abondantes et déficit d’ensoleillement - Lait : des prix toujours favorables - Viande bovine : remontée du prix du veau - Viande porcine : le prix augmente de 42 % en un an - Volailles et œufs : cours des œufs encore en hausse
 
L’enquête sur les pratiques culturales des agriculteurs en grandes cultures en 2017 s’inscrit dans le dispositif des enquêtes « Pratiques culturales », outil majeur de description des pratiques des exploitants agricoles. Les précédentes enquêtes portant sur les pratiques culturales en grandes cultures ont été réalisées en 1986, 1994, 2001, 2006 et 2011. Une enquête portant sur l’utilisation des traitements phytosanitaires de 2014 (Phyto GC 2014) a également été réalisée en 2015.
 
Un marché chahuté par une concentration de l’offre C’est une campagne plus tourmentée qu’à l’accoutumée que les professionnels de la filière connaissent au cours du printemps 2019. Ainsi, après un démarrage freiné par une météorologie peu propice à la consommation, le commerce de la fraise va traverser des périodes différemment orientées : marché dégradé en début de campagne dans le bassin du Sud-Est, fêtes pascales bien valorisées, crise conjoncturelle en Gariguette du 2 au 9 mai. Lire le bilan de la fraise en (...)
 
Une production irrégulière mais valorisée La campagne 2018-2019 est rythmée par une gestion tendue de l’offre, face à une demande irrégulière. Le début est marqué par une forte disparité des calibres des racines, en fonction de l’irrigation des parcelles. Si cette saison a vu ses volumes se stabiliser, globalement la fréquence et les volumes d’achat baissent. Lire le bilan de la campagne de l’endive en 2018-2019 sur le site du (...)
 
La Statistique Agricole Annuelle 2018 définitive est disponible. Retrouvez les chiffres des productions agricoles bretonnes (animales et végétales) de la SAA accompagnés d’une note méthodologique et de définitions.
 
Réalisée tous les ans, cette enquête permet d’estimer les rendements des principales cultures en terres labourables et sert à l’estimation précoce de l’évolution des surfaces cultivées. En Bretagne, la deuxième vague de l’enquête concerne plus de 930 exploitations qui seront contactées en fin novembre et décembre 2019 par des enquêteurs.
 
Prescrite par le règlement européen, cette enquête permet de dénombrer le cheptel porcin au 1er novembre de chaque année, pour établir des prévisions de production de viande porcine. En Bretagne, 1 732 éleveurs porcins et 34 éleveurs caprins seront enquêtés tout le mois de novembre.
 
Retrouvez les résultats nationaux et régionaux sur les productions de l’industrie laitière, livraisons de lait, production vendue, collecte de lait biologique et fabrications, production de fromages...
 
En 2018, la valeur de la production de la branche agricole se réduit en Bretagne, en raison principalement de la baisse des prix des produits animaux. Celui du porc chute, en effet, et la valeur produite en œufs de consommation se réduit après une année 2017 favorable.
 
Une campagne mitigée mais assez favorable par la fermeté des cours La campagne primeur est satisfaisante avec un bon écoulement du disponible proposé cet été. La production qui prend le relais se révèle également correcte même si la sécheresse de l’été entraîne quelques problèmes d’homogénéité en termes de calibre. Le commerce est plus laborieux en hiver avec les mouvements sociaux qui ralentissent la consommation des légumes d’automne. Lire le bilan de la campagne du poireau 2018-2019 sur le site du (...)
 
L’édition 2019 des fiches filière est disponible. Retrouvez en deux pages de commentaires, de chiffres, de graphiques et de cartes huit filières agricoles en Bretagne : porcins, lait, bovins-viande, volailles de chair, volailles de ponte, légumes, céréales (2018) et forêt-bois.
 
Retrouvez les chiffres-clés de l’agriculture bretonne en 12 thèmes : la population et l’emploi, la météorologie, le territoire, les exploitations, l’emploi agricole, l’agriculture biologique, les données économiques, la forêt et le bois, les productions végétales, les productions animales, le commerce extérieur, l’industrie agroalimentaire, la conchyliculture, l’environnement, l’enseignement agricole. Le mémento est réactualisé tous les ans en septembre.
 
La Bretagne est la première région agroalimentaire française. Elle occupe en effet le premier rang en matière de valeur ajoutée pour la transformation des produits animaux : industrie laitière, des viandes et du poisson, et pour l’alimentation animale. Mais son hégémonie est malmenée.
 
Selon les premières estimations de 2018, la production fourragère bretonne globale, herbe et maïs, diminuerait de 14 % par rapport à celle, plutôt élevée, de 2017, et de 12 % par rapport à la moyenne quinquennale. Elle atteindrait 8 millions de tonnes de matière sèche, dont 53 % de maïs fourrage, 35 % de prairies temporaires et 9 % de Surfaces Toujours en Herbe (STH).
 
En 2018, les mauvaises conditions météorologiques font chuter les rendements des grandes cultures. De ce fait, les cours des céréales progressent, défavorisant les filières animales, pour lesquelles le coût des aliments augmente. Dans un contexte de production mondiale importante et de demande insuffisante, le prix du porc reste faible toute l’année.
 
Une pression de l’offre constante Avec 66 jours de crise conjoncturelle répartis sur toute sa durée, la campagne 2018 est exceptionnellement difficile pour la production française de tomates.
 
Le bilan annuel de l’emploi agricole (BAEA) a été réactualisé avec des résultats départementaux. Le BAEA décrit l’emploi agricole, au niveau national et régional, toutes spécialisations confondues et selon les principales spécialisations productives (Otex), sur le périmètre des exploitations métropolitaines retenues dans le recensement agricole (RA).
 
Première région d’élevage, la Bretagne se place au 9e rang des 13 régions françaises pour sa production céréalière. En 2017, la sole de céréales atteint 574 000 ha, soit un tiers de la surface agricole utilisée. Le blé occupe plus de la moitié des surfaces cultivées et le maïs, environ 20 %. Les autres surfaces se partagent entre l’orge, le triticale, l’avoine, le seigle et les mélanges.
 
Avec huit mois d’accès au pâturage, les vaches laitières bretonnes sont celles qui sortent le plus longtemps en France. Au bâtiment, le mode de logement dominant des bovins est la stabulation libre sur litière paillée, sauf pour les veaux de boucherie, plus souvent sur caillebotis.
 
Les bovins laitiers bretons sont moins exposés aux risques de contamination par contact avec d’autres bovins que dans le reste de la France. Par ailleurs, les éleveurs font preuve d’une grande prudence : contrôle de la qualité de l’eau de boisson, traitement des bâtiments contre les nuisibles, surveillance du troupeau.