Les bilans annuels agricoles

Retrouvez les bilans des années précédentes sur le site de la bibliothèque numérique de la statistique publique Epsilon :
https://www.epsilon.insee.fr/jspui/...
Bilan agricole 2017 - Des prix mieux orientés en productions animales qu’en légumes et céréales
En 2017, les grandes cultures bénéficient d’excellents rendements, faisant régresser les cours des céréales. Cela profite aux filières animales, dont le coût des aliments reste bas. Au premier semestre 2017, la conjoncture porcine favorable de 2016 se poursuit, puis les prix chutent jusqu’en décembre, suite au repli des exportations. Le secteur volaille de chair souffre de la détérioration des échanges de poulets, tandis que la filière poules pondeuses profite de la forte demande européenne. Sur le marché des gros bovins, les cotations se redressent, dans un contexte de recul des abattages. S’agissant du lait, la conjoncture s’améliore sensiblement avec une remontée progressive des prix et de la collecte. En ce qui concerne les légumes, les prix sont généralement orientés à la baisse.
 
Bilan agricole 2016 - Une conjoncture difficile dans plusieurs secteurs
La conjoncture 2016 s’avère laborieuse pour plusieurs secteurs agricoles. Celui du lait est particulièrement touché, avec un prix affaibli en début d’année par un contexte de surproduction. Les cours des bovins se réduisent, sous l’afflux notamment des réformes de vaches laitières. Indirectement, la grippe aviaire touche la Bretagne. En revanche, le prix du porc remonte, après plusieurs années de crise. La baisse du coût de l’aliment est par ailleurs favorable aux différents secteurs de l’élevage. En 2016, la sécheresse au printemps et à l’été perturbe la production de céréales et de légumes.
 
Bilan agricole 2015 en Bretagne - Un climat de crise
L’année 2015 est marquée par des tensions dans la plupart des secteurs de l’élevage en France. La Bretagne est particulièrement touchée. Dans un contexte de production en hausse à tous les niveaux géographiques, le prix du porc chute. De même, le prix du lait fléchit face à une production européenne libérée des quotas. Les prix des bovins baissent pour la deuxième année consécutive. La conjoncture avicole est plus favorable, sauf en dindes. Point positif, le coût de l’aliment est inférieur à celui des années passées, mais il tend de nouveau à augmenter. Concernant les légumes, le prix du chou-fleur s’effondre en fin d’année.