Contenu

Influenza aviaire : les mesures de biosécurité doivent être appliquées en élevage professionnel et dans les basses-cours

L’ensemble du territoire national métropolitain est classé en niveau de risque « élevé » au regard de l’influenza aviaire depuis le 17 novembre 2020. Avec deux cas avérés dans le département des Landes dans des élevages de canards, la maladie progresse. Les professionnels ont mis en place les mesures de restrictions dans leurs élevages. Il est aujourd’hui rappelé aux détenteurs d’oiseaux l’importance d’appliquer eux aussi ces mesures afin d’éviter la propagation du virus.

Les cas se multiplient en France, le virus progresse

Après plusieurs pays du Nord de l’Europe, la France a détecté le 16 novembre un premier foyer d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) dans une animalerie de Haute-Corse. Deux autres foyers, en lien épidémiologique avec le premier, ont été confirmés dans des animaleries situées dans les Yvelines et en Corse du Sud et dans des basses-cours dont les propriétaires s’étaient approvisionnés dans les animaleries contaminées. Le 8 décembre, un premier élevage avicole situé dans les Landes est déclaré atteint par la maladie, suivi d’un second dans le même département le lendemain. La Préfecture des Landes a ordonné pour ces deux cas l’euthanasie de l’ensemble des canards de l’exploitation et a mis en place une zone de contrôle temporaire autour des élevages.

La Bretagne est particulièrement exposée au risque vu le couloir de migration que constitue notre région. Un cas d’IAHP a ainsi été confirmé dernièrement sur une oie bernache trouvée morte sur le littoral du Morbihan.

Je suis détenteur d’oiseaux à titre particulier, que dois-je faire ?

Il faut éviter tout contact entre des oiseaux migrateurs et les volailles de la basse-cour. La solution la plus simple est de confiner les oiseaux ou installer un filet de protection au-dessus de leur enclos.

png - 86.6 ko

Les particuliers doivent particulièrement être vigilants à :
respecter les règles d’hygiène en sortant de l’enclos
surveiller quotidiennement leurs volailles
signaler toute mortalité anormale
Enfin, pour faire face à un éventuel cas de grippe aviaire dans un élevage infecté, les services vétérinaires doivent avoir connaissance du lieu de détention des volailles et des oiseaux captifs. Aussi, il est demandé aux particuliers de se faire connaître auprès de leur mairie qui tient à jour un registre des détenteurs d’oiseaux à partir des déclarations réalisées via le site Mes démarches ou le formulaire Cerfa 15472.

Pour rappel, l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’Homme par la consommation de viande d’origine aviaire, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site internet du ministère : https://agriculture.gouv.fr/tout-ce-quil-faut-savoir-sur-linfluenza-aviaire