Contenu

Actualités de 2021

En Bretagne,le bilan est globalement positif en légumes, avec des prix en hausse, notamment pour ceux plébiscités lors des confinements. Les mauvaises conditions météorologiques de la campagne détériorent les rendements des céréales à paille, faisant croître leurs prix. De ce fait, le coût des aliments pour animaux passe au-dessus des niveaux de 2019 au second semestre, défavorisant alors les filières animales...
 
Une campagne marquée par la crise sanitaire et les aléas climatiques - La campagne 2020 démarre dans un contexte de crise sanitaire qui modifie les habitudes de consommation, tant sur les variétés privilégiées que sur les circuits de distribution.
 
Selon les premières estimations de 2020, la production fourragère bretonne globale, herbe et maïs, serait inférieure de 2,7 % à celle de 2019 et de 5 % à la production moyenne 2015-2019. Elle atteindrait 8,1 millions de tonnes de matière sèche, dont 46 % de maïs fourrage, 40 % de prairies temporaires et 11 % de surfaces toujours en herbe.
 
La dernière conjoncture du mois de mars 2021 est parue. Météo : très peu arrosé avec des températures très contrastées - Lait : malgré sa baisse, le prix reste correct - Viande bovine : recul des abattages de vaches laitières, hausse en allaitantes - Viande porcine : baisse du poids moyen de carcasse - Volailles et œufs : flambée du coût de l’aliment
 
En 2019, l’Excédent brut d’exploitation (EBE) des exploitations bretonnes atteint 109,5 milliers d’euros, soit une hausse de 35 % sur un an alors qu’au niveau national cette progression est de 1 %. La Bretagne est ainsi la région qui connaît la plus forte progression de l’EBE.
 
Des aléas, mais des prix rémunérateurs - Le poids et la place de l’artichaut dans la production et la consommation légumière nationale confirment leur déclin. Les moindres volumes commercialisés lors de cette campagne, marquée par des aléas météorologiques et la crise sanitaire, ont néanmoins été mieux valorisés
 
La collecte sera officiellement clôturée le 17 mai.
 
Déjà réalisée en 2004 et 2011, l’enquête Bassins versants conduite en 2018 montre que les exploitants continuent de faire évoluer leurs pratiques culturales et de s’informer : meilleure connaissance des structures animatrices, baisse d’achat des engrais pour 4 exploitants sur 10, sécurité mieux assurée lors des traitements phytosanitaires, progression des modes de culture alternatifs.
 
Première région d’élevage, la Bretagne se place au 9e rang des 13 régions françaises pour sa production céréalière. En 2019, la sole de céréales atteint 584 000 ha, soit un tiers de la surface agricole utilisée. Le blé occupe plus de la moitié des surfaces de ces cultures et le maïs, 23 %. Les autres surfaces (25 %) se partagent entre l’orge, le triticale, l’avoine, le seigle et les mélanges.
 
La dernière conjoncture du mois de décembre 2020 est parue. Météo : très arrosé et assez doux - Lait : le prix faiblit mais reste élevé - Viande bovine : un prix du veau de boucherie plus stable - Viande porcine : les cours se stabilisent - Volailles et œufs : hausse du coût de l’aliment